Petite histoire de nos unités de temps

-48

Avant la Réforme Julienne

Le calendrier romain républicain en usage à Rome avant la réforme julienne comportait douze mois et 355 jours en année normale et 377 ou 378 jours les années complétées d'un mois intercalaire appelé Mercedonius. L'année débutait aux ides de mars (15 mars, considéré comme le début du printemps) et le nombre de jours de chaque mois était :
Le calendrier romain républicain avant la réforme julienne

Le calendrier romain républicain avant la réforme julienne
IMartiusmars31 jours
IIAprilisavril29 jours
IIIMaiusmai31 jours
IVIuniusjuin29 jours
VQuintilisjuillet31 jours
VISextilisaoût29 jours
VIISeptemberseptembre29 jours
VIIIOctoberoctobre31 jours
IXNovembernovembre29 jours
XDecemberdécembre29 jours
XIIanuariusjanvier29 jours
XIIFebruariusfévrier28 jours
TOTAL355 jours

Ainsi les mois ont tous un nombre impair de jours par superstition sauf février qui était dédié aux dieux de l'enfer. Le mois intercalaire, Mercedonius ou mensis intercalaris, de 27 jours était intercalé tous les deux ans. Cette intercalation avait lieu alternativement après le 23 ou le 24 février, le mois de février était alors tronqué de quelques jours. Ainsi les années comptaient les nombres de jours suivants :
Cycle des intercalations du calendrier romain républicain
Type d'annéeIntercalationNombre de jours
NormaleAucune355 jours
Intercalaire longuefévrier : 24 jours
+ mois intercalaire
de 27 jours
378 jours
NormaleAucune355 jours
Intercalaire courtefévrier : 23 jours
+ mois intercalaire
de 27 jours
377 jours

Du point de vue des fêtes civiles et religieuses, les cinq derniers jours de février devenaient les cinq derniers jours du mois intercalaire. Celui-ci était appelé Mercedonius, parce que les mercenaires recevaient leurs salaires (en latin : merces, salaires) à ce moment-là.
L'année moyenne de ce calendrier comptait 366,25 jours (cycle des années de (355 + 378 + 355 + 377 jours) divisés par 4), soit environ un jour de plus que l'année tropique. La durée moyenne des mois était de 29,59 jours, assez proche de la durée d'une lunaison (intervalle entre deux pleines lunes), de 29,53 jours. Les semaines dites nundinae (Nundines) duraient alors huit jours.
En pratique, le système ne fut pas appliqué rigoureusement ; les intercalations étant effectuées de façon hasardeuse. Celles-ci étaient déterminées par les prêtres responsables du calendrier, puis par les pontifes, et appliquées par les consuls. Négligence, concussion aussi (le calendrier déterminait les dates de résolution des crédits, d'exigibilité des loyers, etc.), les documents montrent qu'elles furent très irrégulières, parfois omises plusieurs années de suite et, à l'occasion, mises en ?uvre plusieurs années consécutives.
S'il était utilisé correctement, ce système permettait à l'année romaine de rester grossièrement alignée sur l'année tropique. Cependant, lorsque trop d'intercalations furent omises, comme lors de la Deuxième Guerre punique ou des Guerres civiles romaines, le calendrier se décala rapidement. De plus, comme les intercalations étaient déterminées assez tardivement, un citoyen romain ordinaire ne connaissait pas la date officielle, particulièrement s'il se trouvait loin de Rome. Ainsi, le calendrier devint peu à peu incompréhensible ; les années précédant la réforme julienne furent appelées les « années de la confusion ». Pendant les années où Jules César exerça la charge de pontifex maximus, avant la réforme, entre 63 av. J.-C. et 46 av. J.-C., seules cinq intercalations furent pratiquées au lieu de huit, et entre 51 av. J.-C. et 46 av. J.-C. aucune ne se produisit.
La réforme julienne avait donc pour objet de corriger définitivement ces défauts en créant un calendrier qui resterait de façon simple en correspondance avec le soleil, sans intervention humaine.

Réalisation Webmaster : Olivier Greindl Contact